Echos du Conseil communal

Centre aquatique – une pyramide posée sur la pointe ?

Le projet de piscine au Parc des Sports a commencé à se dessiner en 2005, à l’origine en tant que piscine couverte pour répondre à un souhait de la population locale et environnante. Une réalisation rapide était espérée.

Sous l’impulsion de quelques autorités municipales et régionales, c’est finalement un projet à 45 millions qui a vu le jour; non plus une piscine couverte, mais un centre aquatique avec installations annexes et toboggan(s) géant(s). D’un projet destiné à la population locale, il est advenu un projet soit disant touristique nécessitant, pour tenir debout, des visiteurs extérieurs en masse et des investisseurs privés.

Au final, d’une infrastructure sensée ouvrir ses portes en janvier 2018, nous en sommes toujours à discuter d’un PPA et des parkings qu’un tel projet nécessiterait. Comment prétendre, comme le font les porteurs du projet, que « le Centre aquatique suit son cours » alors que les délais ont explosé, que plusieurs communes environnantes auront leur propre piscine couverte avant la nôtre et qu’on nous annonce déjà une enveloppe globale de CHF 50-55 millions (!) au lieu des CHF 45 millions initialement prévus. Remarquons au passage que les finances de la commune vont se détériorer dans les années à venir; élément nouveau qui ne plaide pas pour le financement d’un projet pharaonique.

Il est temps de remettre ce projet à plat, d’en concevoir un pour la population locale, ceci à un prix raisonnable et des délais rapprochés. Un groupe de 18 conseillers communaux de tous partis, dont 8 du groupe de l’Entente Morgienne, a déposé un tel projet de décision. Nous nous engagerons pour que les intérêts des Morgiens soient pris en compte avant tout, et ceci rapidement.

piscine locarno.jpg« Le site du Lido à Locarno, sur lequel s’inspire fortement le projet de Morges ».

 

Projet de décision relatif au Centre aquatique et au parking du Parc des Sports

Le préavis présenté au Conseil en 2013 lançait le processus de réalisation d’un centre aquatique au Parc des Sports et évoquait la conclusion d’un partenariat financier à l’été 2015, avec un début d’exploitation en janvier 2018.  Il faut bien admettre aujourd’hui que ces délais ont explosé et ce n’est pas l’amendement du Conseil communal de juin 2017 – proposant l’augmentation du nombre de places de parcs prévue au Parc des Sports – qui en est la cause.

Au vu de ces retards – sans doute symptomatiques d’un projet mal ficelé dès le départ – des blocages enregistrés avec le Canton sur les questions de PPA du Parc des Sports et l’évolution de l’offre en termes de bassin de natation dans les communes qui nous entourent, il parait urgent de recentrer le sujet sur ses origines et avec une vision à long terme.

La demande initiale en 2005 portait sur la réalisation d’une piscine couverte soit à l’état de neuf, soit par couverture de la piscine ouverte existante. Ce projet pouvait être financé en grande partie par la commune de Morges, ce qui facilitait notoirement la gestion et l’avancement des travaux. Des extravagances (je ne vois pas d’autre mot) ont conduit finalement à imaginer dès 2008 et sous l’impulsion conjointe de l’ARCAM un projet quasi pharaonique à près de 50 millions, nécessitant un partenariat public-privé ainsi que le soutien financier des communes du district. Le tout fut accepté par notre Conseil en date du 4 septembre 2013, avec comme seule restriction la participation minimale de 70% des communes concernées.

A cet effet, voici la liste des crédits alloués à ce projet (que je n’hésite pas à qualifier d’Arlésienne ou tonneau des Danaïdes, si l’on préfère) :

  • 25’000 francs au titre de l’étude pour couvrir le bassin olympique existant, en avril 2006.
  • 50’000 francs au titre de l’étude préliminaire pour une piscine couverte, en avril 2008.
  • 675’000 francs comme participation au capital et aux frais de constitution et de fonctionnement de la SA dédiée à ce projet.

Ceci sans compter les frais complémentaires d’étude et d’adjudication qui passent désormais par la SA et dont le montant devra être évalué avec la rigueur nécessaire pour une vision globale des frais engendrés de la part du Conseil communal.

Entretemps, tous les projets plus tardifs des communes avoisinantes (Aubonne, St-Prex, Cossonay, Malley) ont abouti pour un investissement de plus ou moins 10 millions par projet ! Ces projets rendent d’ailleurs caduque l’étude de marché qui avait été faite en 2011-2012. Combien d’habitants de Saint-Prex, Cossonay ou Prilly viendront se baigner à Morges alors qu’ils auront une piscine couverte chez eux ; dans tous les cas, pas autant qu’espérés autrefois, ce qui pose la problématique de la couverture des futurs coûts d’exploitation !

Nous plaidons donc pour un centre aquatique, revu à la baisse pour l’usage d’une population locale, donc moins générateur de trafic, moins demandeur en parking, moins cher, avec un impact moindre sur le Parc des sports et ainsi une préservation du site et finalement – réalisable rapidement. Nous plaidons également pour un parking à dimensions raisonnables et adaptées pour tenir compte de l’évolution de la société et des moyens techniques à très long terme. A ce titre, l’inventaire de l’offre parking demandé par le PLR nous parait un préalable essentiel.

Nous demandons donc instamment à nos collègues du Conseil communal de faire amende honorable et d’avoir le courage de stopper le processus en cours avec les investisseurs privés et l’adjudication du projet de centre aquatique, ainsi que de reconsidérer toute extension des projets de parkings existants au vu de ce redimensionnement. A cet effet, nous prions la Municipalité de revenir aux bases de la demande initiale de la population morgienne, à savoir une piscine couverte pour un investissement comparable aux communes voisines.

Pour ce faire, nous suggérons la démarche suivante :

  • Redimensionnement du projet de centre aquatique tel qu’envisagé et remplacement de celui-ci par un projet de piscine couverte réalisable rapidement, le cas échéant conjointement avec certaines communes environnantes, mais sans partenaires financiers.
  • Suite au préavis négatif du Canton, arrêt du processus en cours plaidant pour 200 places de parking supplémentaires. Vu le redimensionnement, les 640 places seraient suffisantes. De plus, l’établissement d’un nouveau préavis et d’une nouvelle mise à l’enquête est chronophage, alors que notre administration croule déjà sous le travail : il y a mieux à faire !

Il y a bien sûr une autre approche : elle consiste à laisser aller les choses, à laisser la situation s’enliser pour finalement constater en 2025 (soit 20 ans après la demande initiale) que Morges n’a toujours pas de piscine couverte. Politiquement, certains pourront probablement en tirer des avantages en tirant à boulets rouges sur les autorités en place… mais ce n’est pas ma conception de la politique.

Vu ce qui précède, nous vous prions Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs, de bien vouloir voter les conclusions suivantes :

Le Conseil communal de Morges:

  • Vu les arguments développés ci-dessus,
  • Considérant que cet objet a été porté à l’ordre du jour,

Décide :

  1. De prier la Municipalité de faire le nécessaire auprès du Centre Aquatique Région Morges SA afin de surseoir aux procédures de sélection et d’adjudication en cours avec les partenaires financiers privés,
  2. De concevoir un nouveau projet de piscine couverte réalisable rapidement, le cas échéant conjointement avec certaines communes environnantes, mais sans partenaires financiers,
  3. De mettre fin à la procédure en cours avec le Canton concernant 200 places de parking supplémentaires et d’activer la demande d’inventaire.

Philippe Laurent et consorts / 05.09.2018

Liste des signataires :

Philippe LAURENT, EM

Eric DECOSTERD, EM

Catherine HODEL, EM

Charles DIZERENS, EM

David GUARNA, EM

Christian HUGONNET, EM

Brian CHASSOT, EM

Alice DE BENOIT, Vert’libéraux

4 conseillers du groupe des Verts

4 conseillers du groupe UDC

1 conseiller du groupe PLR

1 conseiller du groupe PSIG